Menu
Don Quichotte, d'après Cervantès
Don Quichotte, d'après Cervantès
Don Quichotte, d'après Cervantès

Don Quichotte, d'après Cervantès

création juillet 2016

Contexte historique

Quand Cervantès naît en 1547, l’Espagne vit depuis 70 ans sous la surveillance toute particulière de l’Inquisition. Seuls les souverains espagnols, Isabelle et Ferdinand ont obtenu du pape le droit de nommer eux-mêmes leurs évêques chargés de faire appliquer la “justice” inquisitoriale. La fin de la tolérance Et pourtant pendant quatre siècles, les trois religions chrétienne, juive et musulmane ont vécu dans la tolérance réciproque. Mais le malaise économique dont souffre le XVème siècle espagnol provoque le rejet des minorités religieuses, et surtout des juifs qui jouent un rôle important en matière financière. Avec l’arrière-pensée de leur faire quitter le pays et de confisquer leurs biens, les autorités procèdent à des conversions forcées. Création de l’inquisition En 1478, est institué le tribunal de l’inquisition dont le but est de surveiller les conversos (juifs convertis) et de juger les relaps (ceux qui retombent dans l’hérésie). En 1492, les juifs doivent choisir entre la conversion et l’expulsion. Puis c’est au tour des Maures du royaume de subir les mêmes mesures. Au nom de la pureté du sang Certains se sont convertis, mais tous ces « nouveaux chrétiens » dérangent. Les autorités prennent des mesures discriminatoires contre ceux dont le sang est “impur”, parce qu’ils comptent parmi leurs ancêtres des juifs ou des Maures. L’entrée dans certains collèges et dans les ordres militaires ou religieux est réservée à ceux qui peuvent donner les preuves de “leur pureté de sang”. Si les “conversos” réussissent à s’intégrer plus ou moins bien à la société, les “morisques” secrètement restés fidèles à l’Islam et traités en sujets de seconde zone, restent à l’écart. En 1568 (Cervantès a vingt ans) les morisques, à la suite de révolte, sont dispersés dans la Castille. Puis jugés décidément inassimilables, expulsés d’Espagne de 1609 à 1614, le royaume se privant ainsi de 300 000 paysans ou artisans. «Ton voisin tu dénonceras» Entre temps, tout un réseau de tribunaux locaux s’est installé en Espagne pour juger les relaps et les hérétiques. Fondée sur la dénonciation, la justice est aidée par les “familiers”, indicateurs laïques, présents partout, dans les grandes villes comme dans la moindre bourgade. L’inquisition exerce aussi une sévère police intellectuelle : certains livres, inscrits de plus en plus nombreux dans des index successifs, sont condamnés à la destruction ; dans d’autres, l’Inquisition impose des coupures et ayant le droit d’examiner n’importe quelle bibliothèque privée, elle poursuit des lecteurs qui possèdent des livres interdits. La règle du secret La procédure judicaire est rigoureusement secrète : l’accusé, maintenu dans un isolement total, n’a connaissance ni du nom de ses dénonciateurs ni des témoins à charge, ni même des accusations qui sont portées contre lui. Son défenseur, choisi par les inquisiteurs, a pour tâche de l’amener à reconnaître ses erreurs ou ses crimes. La torture est couramment employée pour arracher les “aveux”. De la prison au bûcher L’hérétique repentant peut être condamné à la prison perpétuelle, infligée comme pénitence salutaires pour ses péchés… Pour ceux dont la peine est plus légère, ou même ceux qui sont acquittés, le seul fait d’avoir comparu devant l’Inquisition constitue une tâche indélébile. Quand à l’hérétique qui s’obstine dans sa foi, il est condamné à périr par le feu. Pendant le siècle d’Or, des milliers de personnes moururent ainsi sous la torture, en prison ou sur le bûcher.

Argument

Don Quichotte est une oeuvre qui traverse le projet artistique de la Compagnie Bacchus. Le spectacle a fait l’objet de 3 versions différentes en plein air depuis sa création; à Besançon (1991 et 1995) et au Festival d’Avignon off à Montfavet (2011, 2012) . La version 2016 créée au Théâtre PANDORA au Festival d’Avignon off pour 9 comédiens, est l’aboutissement du travail de création destinée à être diffusée dans des salles de théâtre. Les évènements tragiques qui secouent la France et le monde aujourd’hui, me confortent dans la proposition de cette lecture contemporaine de Don Quichotte confronté à l’intolérance religieuse du début du XVII° siècle. La transposition avec l’actualité y est cruelle, évidente et source de réflexion. Sans vouloir embrasser toute l’oeuvre de Cervantès, la création traverse l’errance picaresque de Don Quichotte et Sancho et développe la présence de l’inquisition du XVIIe Extrémisme religieux et intolérance étatique qui font toujours écho aujourd’hui…

En savoir plus grâce à France 3...

 


En savoir plus